Comment gérer la rupture temporelle dans votre récit

Tout ce qui se passe dans votre histoire devrait arriver au moment qui provoquera la meilleure réaction possible chez un lecteur. Ça signifie que même si la trame de votre fiction commence au point A puis avance jusqu’à ce qu’elle se termine au point B, l’histoire n’a pas besoin de progresser de façon linéaire. Votre histoire doit plutôt avancer avec émotion, en prenant de l’élan jusqu’à l’acmé.

La scène A s’est peut-être déroulée avant la scène B. Mais votre histoire peut avoir un impact émotionnel plus important si la scène A arrive après la scène B. En d’autres mots, la place de chaque scène doit avoir un rapport avec l’impact émotionnel de votre histoire.

Lisez n’importe quelle histoire d’Alice Munro et vous comprendrez ce que je veux dire. Elle commence presque toutes ses histoires à un moment particulier qui se déroule bien avant ou bien après l’intrigue principale.

Le paroxysme d’une fiction affecte non seulement le moment où il se produit mais aussi tous ceux d’avant et tous ceux d’après. Comme une onde oscillante provoquée par un caillou jeté dans l’eau. Rien n’est plus pareil une fois le climax atteint. C’est le kairos (notion immatérielle du temps mesurée non pas par la montre, mais par le ressenti) de la fiction.

N’oubliez pas que votre principal objectif est de continuellement faire avancer l’intrigue. Mais parfois, le meilleur kairos intervient dans le passé ou le futur d’un personnage (et de l’intrigue). C’est dans ces moments que nous reculons ou avançons dans le temps. L’important est de toujours s’assurer que la rupture temporelle intervient au bon moment de votre intrigue.

Le passé et le futur d’un personnage ont toujours un rapport avec son présent. Non seulement nous sommes le résultat de tout ce qui s’est passé plus tôt dans nos vies mais nos rêves et nos espoirs pour le futur affectent également ce que nous faisons. Et tout comme certaines parties de nos vies sont plus pertinentes à un moment ou un autre, le passé ou le futur d’un personnage doit être révélé à un moment pertinent de votre histoire. En d’autres mots, la rupture temporelle doit impacter votre intrigue d’une façon cruciale au moment où elle a lieu.

Ça signifie qu’il va falloir se poser certaines questions quand vous trouverez pertinent de se déplacer dans le temps.

1. Quand une rupture temporelle est-elle appropriée ?

N’importe quel éditeur vous le dira : il vaut mieux faire progresser le « présent » de votre histoire à un bon rythme avant d’aller faire un tour dans le passé. En règle générale, attendez d’être au moins à un dixième de votre narration avant de remonter dans le temps. La principale raison est qu’un lien émotionnel doit se créer entre le lecteur et votre personnage principal mais il est aussi important de s’assurer que le lecteur se sente bien ancré dans le temps et l’espace avant de le faire voyager.

Cela dit, la rupture temporelle peut intervenir n’importe quand dans une intrigue. Évitez seulement de vous lancer dans un flashback de façon arbitraire, juste parce que vous avez l’impression qu’il n’y a rien de mieux à faire. Ce qui nous mène à la question suivante…

2. Pourquoi une rupture temporelle maintenant ?

Vous ne pouvez pas vous déplacer dans le temps juste parce qu’il ne semble rien se passer dans le présent de votre intrigue. Comme dit plus haut, le passé que vous choisissez de révéler doit impacter votre histoire d’une façon cruciale mais surtout il doit l’impacter à ce moment du récit d’une façon cruciale. Ce flashback doit importer maintenant, à ce moment précis.

3. La rupture temporelle est-elle pour moi ou pour mon lecteur ?

Quand nous en savons tant sur nos personnages, nous sommes tentés d’essayer de tout intégrer dans l’intrigue. Mais beaucoup de choses que nous savons n’ont tout simplement aucune importance dans l’histoire que nous racontons. Peu importe qu’un épisode de la vie de votre personnage soit intéressant, s’il n’impacte pas l’histoire en cours de façon importante et pertinente, c’est qu’il est plus là pour vous que pour le lecteur.

4. L’intrigue a-t-elle besoin de cette rupture temporelle ?

Ça vaut également pour les ruptures temporelles qui ne font pas avancer l’intrigue. Une information superflue est de trop peu importe qu’elle soit dans le présent ou dans le passé de l’histoire. N’oubliez pas : l’objectif principal de la rupture temporelle est de faire avancer l’intrigue tout en révélant quelque chose du passé de votre personnage qui influe sur le présent de façon significative. Vous devez vous montrer impitoyable et supprimer toute rupture temporelle inutile. Si un lecteur se dit : « C’est intéressant mais quel rapport avec ce qui se passe en ce moment ? », il y a de fortes chances que cette rupture temporelle ne soit pas nécessaire.

5. Ai-je besoin d’une rupture temporelle à laquelle je n’ai pas encore pensé ?

Enfin, il faut réfléchir à ce qui manque. Y a-t-il une scène cruciale que vous n’avez pas encore montrée ?

Exercice : gestion du temps

Penchez-vous sur une histoire que vous adorez et que vous avez lu de nombreuses fois. (Si vous n’en avez pas, je vous recommande cette pratique. Ça fait partie de l’apprentissage de la lecture en tant qu’auteur.) Cette œuvre doit vous être suffisamment familière pour que vous puissiez répondre aux questions suivantes de tête ou en cherchant très rapidement dans les pages concernées du livre.

  1. À quel moment commence l’histoire ?
  2. Pourquoi commence-t-elle là, à votre avis ?
  3. Qu’est-ce qui manquerait si l’histoire commençait à un autre moment ?
  4. Pouvez-vous imaginer une éventuelle façon d’améliorer l’impact émotionnel en faisant commencer l’histoire à un moment différent ?

Maintenant, prenez un texte sur lequel vous travaillez et dont vous n’êtes pas satisfait. Très rapidement, répondez aux questions ci-dessus à propos de votre travail. Ce ne sera pas aussi facile que pour l’œuvre d’une autre personne, du moins au début. Mais au bout d’un moment, réfléchir à votre texte de cette façon vous aidera à le retravailler et à le réécrire en gérant le temps de façon plus efficace.

Si la deuxième partie de cet exercice vous semble impossible, voyez si vous ne pouvez pas demander à une personne de confiance (un autre auteur) de répondre à ces questions à votre place. Ces données peuvent vous donner le coup de pouce dont vous avez besoin pour apprendre à améliorer vous-même le rythme de votre fiction.

Image par défaut
Coralie Raphael
Je parle beaucoup d'auto-édition et essaie d'aider les auteurs à comprendre dans quoi ils mettent les pieds. Parfois j'écris aussi des livres. En savoir plus.
Publications: 155

Un commentaire

  1. D’accord avec ton article ! J’aime beaucoup utiliser les ruptures temporelles dans les récits, je trouve cela très intéressant d’avoir une intrigue non chronologique. C’est plus chouette de raconter les choses dans l’ordre où le lecteur a besoin de les connaître. =)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :