5 façons de trouver le bon éditeur freelance

Vous voilà prêt à engager et à travailler avec un éditeur. Mais vous ne savez peut-être pas comment le chercher ni comment l’évaluer une fois le candidat trouvé.

1. Cherchez quelqu’un qui a de l’expérience.

Tout d’abord, si vous vous apprêtez à mettre votre manuscrit dans les mains d’un éditeur, donnez-le à un éditeur compétent et qualifié. Enseigner le français ou être diplômé en littérature ne suffit pas à faire de quelqu’un un éditeur professionnel. Un éditeur professionnel et qualifié a non seulement un diplôme approprié mais aussi, et surtout, une expérience dans l’édition qu’on doit pouvoir retracer.

L’expérience est particulièrement importante. Un éditeur peut être excellent dans l’axe éditorial et mal maîtriser les axes techniques et commercial du processus de production-commercialisation du livre. Il peut avoir travaillé sur des articles ou de courts projets. Mais l’édition d’un livre est tout autre chose et demande un tout autre niveau d’expertise. Un éditeur qui cherche à gagner de l’expérience dans l’édition du livre peut vous offrir de s’occuper du vôtre et vous pouvez être tenté d’accepter cette option low-cost. Mais à moins d’avoir un talent inné ou d’excellentes références, sans expérience du livre, il n’est pas le bon éditeur pour vous. Ne laissez pas votre manuscrit être un objet d’entraînement.

2. Trouvez un éditeur qualifié qui apporte une énergie positive au processus.

Un auteur et un éditeur sont dans la même équipe. Les éditeurs ayant un bon relationnel, l’art de négocier et de convaincre avec de solides arguments sont ceux que personnellement je préfère.

Tout comme un bon éditeur peut considérablement améliorer votre manuscrit, un mauvais éditeur peut gaspiller du temps et de l’argent (et être un obstacle sur le chemin du succès).

Il y a d’adorables éditeurs qui encouragent énormément et collaborent avec bienveillance et d’autres, brusques (et certainement surmenés), qui ne prendront pas la peine de commencer leurs mails par un « bonjour. » Quel intérêt de travailler avec quelqu’un de stressant et qui manque de relationnel ? Vous n’êtes pas toujours en position de choisir mais si vous le pouvez, évitez les gens qui vont vous compliquer la vie.

3. Cherchez aux bons endroits.

Taper « éditeur freelance » dans un moteur de recherche n’est pas vraiment la meilleure approche pour trouver le bon éditeur pour votre livre. Comme pour tout, le mieux c’est qu’on vous recommande une personne. Demandez à des amis et à des collègues.

Si personne dans votre entourage peut vous recommander un éditeur alors cherchez dans les pages de remerciements des bons livres. Les noms des éditeurs y figurent en général. Mais soyez réaliste : un éditeur de best-seller risque d’être hors de prix. Il vaut mieux s’en tenir à des livres plus modestes, publiés par de petites maisons d’édition par exemple, qui travaillent peut-être avec des éditeurs freelance. Et n’ayez pas peur d’envoyer un mail à un auteur pour lui demander s’il est content de son éditeur.

Enfin si vous n’obtenez pas de recommandations et que vous êtes contraints de chercher sur le net, alors chercher sur des sites pertinents, en rapport avec la communauté littéraire. Vous ne trouverez pas votre éditeur sur Le bon coin, Kijiji ou Craiglist.

4. Posez des questions aux anciens clients de l’éditeur.

Qu’on vous ait recommandé quelqu’un ou que vous l’ayez trouvé sur le net, soyez sûr de parler à quelqu’un qui a travaillé avec l’éditeur par le passé. Ou au moins, jetez un œil aux exemples de projets. Méfiez-vous des éditeurs qui ne souhaitent pas donner de références.

Si vous contactez un ancien client d’un potentiel éditeur, posez-lui ces questions :

  • Sur quel genre de livre ont-ils travaillé ensemble ?
  • Était-il satisfait de la qualité du travail ?
  • Y a-t-il un ou des points qui ne l’ont pas satisfait ?
  • L’éditeur a-t-il respecté les délais ?
  • A-t-il eu une attitude positive lors de votre collaboration ?
  • Était-il de bonne volonté et capable d’expliquer ses changements ? Quand il était questionné, était-il pédagogue ? A-t-il bien développé ses réponses ?
  • L’auteur et l’éditeur se sont-ils rencontrés ? Si non, était-ce facile de collaborer par mail ?
  • Engagerait-il une nouvelle fois cet éditeur ?

Notez qu’il vaut mieux engager un éditeur qui a déjà travaillé dans le même genre ou un genre similaire au vôtre.

5. Posez des questions à l’éditeur.

Si vous ne voulez pas vous retrouver avec un travail bâclé (et les mauvaises notes qui suivront sans aucun doute sur Amazon), posez beaucoup de questions à l’éditeur. En voici quelques unes.

  • Quels genre de livres avez-vous édité (fiction, non-fiction, etc.) ?
  • Quelles sont vos expériences en édition ?
  • Quel est votre plus grand accomplissement ?
  • Qu’y a-t-il d’unique dans votre façon d’éditer ?
  • Avec quels genres de livres aimez-vous travailler ?
  • Pouvez-vous envoyer un exemple de votre travail ?
  • Avant de signer un contrat, pouvez-vous travailler sur un chapitre pour qu’on soit sûrs de bien fonctionner ensemble ?
  • Qu’est-ce qui fait que vous êtes la bonne personne pour mon manuscrit ?

Si vous avez des astuces ou une expérience à partager sur votre recherche d’éditeur freelance, n’hésitez pas à m’en parler dans les commentaires !

Image par défaut
Coralie Raphael
Je parle beaucoup d'auto-édition et essaie d'aider les auteurs à comprendre dans quoi ils mettent les pieds. Parfois j'écris aussi des livres. En savoir plus.
Publications: 171

5 commentaires

  1. Bonjour,

    Pourriez-vous me conseiller un éditeur de poésie ou textes en prose, c’est un genre particulier avec beaucoup de liberté et j’aimerais trouver quelqu’un de sensible aux mots qui ne voudra pas tout changer mais respectera mon style.
    merci pour votre réponse

    • Bonjour Laila,
      Je n’ai malheureusement pas de contact dans ce domaine. Je vais me renseigner et reviendrai vers vous si je trouve quelqu’un.
      Bonne journée,
      Coralie

  2. Bonsoir Madame,
    Pourriez-vous me conseiller un éditeur freelance pour un livre de Format A5, de contenu intérieur de 28 pages (dont 4 vierges). La moitié des 24 pages est occupée par 25 images presque toutes de couleurs. Le tout est déjà mis en pages car il s’agit d’une épreuve déjà imprimée, mais nécessitante des rectifications. La couverture est arrêtée.
    Cordialement
    François Bégon

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :