Le territoire que vous pouvez défendre longtemps et farouchement

Quand Tom Petty est décédé il y a 6 ans, c’est un grand conteur qui a quitté ce monde. Que vous soyez ou non un fan de rock and roll, vous avez peut-être entendu ses chansons sur les marginaux et les réfugiés, des gens qui cherchent leur place dans le monde. Bien qu’il ait connu le succès très tôt, il n’a jamais oublié ceux auxquels il a donné une voix : les amoureux rejetés, les personnes en quête de liberté qui ne trouvent que du vide, et ceux qui sont animés par l’énergie du désir.

En tant qu’auteurs, on peut parfois ressentir la solitude et le défi de l’écriture. La difficulté de bien écrire et les obstacles apparemment insurmontables à la publication et à la commercialisation peuvent nous donner envie de baisser les bras. Combien d’entre nous griffonnent en secret ? Ou gardent simplement l’idée d’écrire à l’esprit en attendant le bon moment, le bureau rangé, le ciel dégagé ? Je suggère de nous tourner vers Tom Petty pour comprendre comment sortir de cette impasse.

Tom Petty est issu d’un milieu très modeste, fils d’une famille ouvrière de Gainesville, en Floride, et cible de la déception de son père, qui l’a très tôt accusé d’être un artiste. Il n’a pourtant jamais reculé et s’est frayé un chemin jusqu’au sommet, en prenant des risques musicaux et professionnels tout au long de son parcours, en se battant contre les maisons de disques quand il le fallait, et même en menant et en gagnant une bataille pour que le prix de ses disques soit suffisamment bas pour que les gens ordinaires puissent se l’offrir.

Running Down a Dream

Nombreux sont ceux qui veulent devenir des rock stars, et nombreux sont ceux qui veulent écrire des livres. Selon le sondage Le Figaro littéraire/Odoxa réalisé en avril 2022, 12 millions de Français souhaitent écrire un livre, mais seuls 5 % le feront vraiment.

Sur les réseaux sociaux, j’ai vu les nombreuses façons dont un rêve d’écriture peut s’effondrer. L’une d’entre elles consiste à ne pas savoir clairement ce qu’on veut et ce qu’on est prêt à faire. Les personnes qui veulent se lancer dans l’aventure ont tendance à se classer dans l’une des trois catégories suivantes : ceux qui souhaitent, ceux qui rêvent et ceux qui agissent.

Ceux qui souhaitent, comme leur nom l’indique, souhaitent pouvoir écrire un bon livre.

Ils :

  • ont une bonne idée et plusieurs personnes leur ont dit qu’ils devraient écrire un livre à ce sujet.
  • aiment lire et ont écrit quelques bonnes histoires au lycée ou à l’université.
  • trouvent que l’écriture, bien que difficile, est aussi un endroit où ils se sentent heureux, où le temps disparaît.
  • aiment écrire, mais n’en ont presque jamais le temps.
Les rêveurs sont également des personnes qui aiment lire et qui ont une histoire à raconter.

Ils :

  • ont suivi des cours d’écriture et travaillé avec des professeurs talentueux.
  • se sont beaucoup investis dans l’apprentissage de l’écriture et de l’édition auprès de professionnels.
  • assistent à des conférences d’écriture et s’exercent régulièrement à l’écriture.
  • envoient régulièrement des articles à des magazines et ont un ou deux livres dans leurs tiroirs qu’ils présentent à des éditeurs quand ils le peuvent.
Les personnes qui agissent sont celles qui s’engagent pleinement.

Ils :

  • savent quelles sont les chances de réussite et ne se découragent pas quoi qu’il arrive.
  • écrivent chaque fois qu’ils en ont l’occasion, reçoivent les conseils d’un professionnel, écrivent encore, retravaillent le texte, le testent avec de bons lecteurs et le retravaillent encore.
  • ont une vision originale et sont prêts à tout pour trouver un lectorat.

Room at the Top

Chacune de ces approches peut conduire à la satisfaction de l’écriture, à condition que celui qui souhaite, qui rêve ou agit sache dans quelle voie il s’engage. Le problème survient quand le rêveur s’attend à obtenir les mêmes résultats que celui qui agit, à savoir une publication grand public et un succès commercial. C’est là que réside la frustration.

Ceux qui souhaitent

Ceux qui souhaitent peuvent s’essayer à l’écriture d’un poème, d’une histoire, d’un essai ou d’un livre. Ils peuvent le retravailler, le faire lire à quelques personnes, puis le faire circuler auprès d’un petit groupe de lecteurs. Pour ces auteurs, il existe une grande quantité d’informations de qualité sur internet et de nombreux cours à bas prix ou groupes gratuits. L’autoédition est pour eux une évidence et ils peuvent la pratiquer à peu de frais, mais la qualité du livre sera peut-être décevante et probablement les ventes aussi. Ils ne parviendront peut-être pas à toucher un large public, mais ils réaliseront leur rêve et en tireront une grande satisfaction.

Ceux qui rêvent

Les rêveurs peuvent se former à l’écriture et en faire bon usage. Ils peuvent écrire, retravailler, tester et publier. Ils essuieront de nombreux refus et reviendront à la charge. Peut-être qu’ils ne parviendront jamais à faire de leur livre un best-seller, mais ce sont des auteurs déterminés qui continueront à travailler leur art et à faire connaître leurs écrits au monde entier. Il se peut qu’ils ne gagnent pas leur vie uniquement grâce à l’écriture, mais qu’ils la complètent par d’autres activités autour de l’écriture.

Ceux qui agissent

Ceux qui agissent connaissent l’art de l’écriture, les habitudes des lecteurs et les vicissitudes du monde de l’édition. Ils prennent le temps, qu’ils l’aient ou non, et sacrifient pratiquement tout à leur vision. Ils se battront jusqu’au bout.

Comme Tom Petty, ceux qui agissent :

  • savent ce qu’ils veulent
  • deviennent très, très bon dans ce domaine
  • ne font pas de compromis
  • maintiennent un niveau d’exigence très élevé
  • travaillent incroyablement dur
  • prennent des risques extraordinaires
  • ne travaillent qu’avec les meilleures personnes
  • sont très loyaux, une fois qu’ils les ont trouvées

Aucun chemin n’est facile ; mais tout ce qui vaut la peine dans la vie est-il jamais facile ? Les êtres humains ont une capacité pratiquement infinie à avoir peur, peur de leur vie et d’eux-mêmes, à se sentir seuls. Certaines personnes utiliseront cette peur contre nous, pour créer des divisions. D’autres essaieront de guérir les blessures, de montrer que nous ne sommes pas seuls. Ce sont les artistes. Si vous voulez sincèrement écrire un livre, vous en êtes un aussi. Comme la vie, l’écriture, aussi difficile soit-elle, peut être profondément gratifiante.

Comme l’a si bien dit Tom Petty, « Hey, babe, there ain’t no easy way out ».

Choisissez une voie intelligemment, une voie qui vous apportera le plus de satisfaction. Une fois que vous avez choisi votre territoire intelligemment, do not back down, ne reculez pas.

Coralie Raphael
Coralie Raphael

Je parle beaucoup d'auto-édition et essaie d'aider les auteurs à comprendre dans quoi ils mettent les pieds. Parfois j'écris aussi des livres.
En savoir plus.

Publications: 257

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *