Sur quoi doit bloguer un auteur ?

Sur quoi doit bloguer un auteur ?

Les choses se présentent un peu comme ça :

1. Un auteur voit approcher la date de sortie de son livre. Ou il tente de mettre toutes les chances de son côté pour la signature d’un contrat. Il sait qu’il lui faut faire du marketing, promouvoir son livre et/ou se construire une plateforme.
2. Il trouve (ou entend) un conseil : bloguer est une bonne façon de réussir le point n°1.
3. Il se demande : sur quoi vais-je bien pouvoir bloguer ?

Ma théorie non fondée : beaucoup d’auteurs bloguent maladroitement à cause de cet enchaînement.

C’est la même chose que les auteurs qui atterrissent sur Twitter ou qui créent une page Facebook sans parvenir à attirer des lecteurs ou à vendre des livres.

Alors pourquoi entendons-nous tout le temps que ce sont de bonnes pratiques en marketing ?

Parce qu’il est vrai que bloguer est un outil de marketing efficace. Quand c’est bien fait. J’ai commencé à bloguer en 2012, sur un sujet totalement différent de l’écriture. Ça me semblait être une façon amusante de m’exprimer, une pratique qui m’apporterait de la discipline et un bon engagement dans une communauté. Huit ans plus tard, je renouvelle l’expérience, dans le domaine de l’écriture cette fois. Le blog est au centre de ma plateforme.

Bloguer, c’est s’investir et faire des efforts pendant des années. Au début, les articles ne sont peut-être pas terribles mais on s’améliore. Ça peut prendre des semaines, des mois, des années.

Vous pouvez apprendre plus vite et être plus stratégique que je ne l’ai été. Malheureusement, beaucoup d’auteurs se lancent dans un blog sans comprendre en quoi consiste ce média et qu’il s’agit d’un moyen et non pas d’une fin.

Bloguer sérieusement requiert de la patience et de la persévérance. Mais aussi la volonté d’apprendre ce qu’est une bonne et convaincante écriture en ligne. On n’écrit pas sur son blog comme on écrit un livre ni même comme sur un autre blog que le sien.

J’écris cette longue introduction en réponse à cette question « Sur quoi je blogue ? » parce que la première réponse pourrait être : « Si vous vous posez la question c’est que vous ne devriez peut-être pas bloguer. » Si l’action est forcée ou contrainte, le blog peut être voué à l’échec dès le départ. Ou vous pourriez vite laisser tomber.

D’un autre côté, j’ai envie d’encourager à tenter l’expérience. Si vous vous lancez parce que ça a l’air amusant, alors laissez libre cours à votre imagination pour trouver les sujets sur lesquels vous pouvez bloguer.

Voici quelques modèles pour vous inspirer, présentés en fonction de la difficulté qu’ils représentent selon moi (en supposant que vous souhaitez que votre blog vous rapporte quelque chose).

Facile : le modèle « communauté littéraire »

La communauté littéraire célèbre et donne toute son attention aux auteurs, à l’écriture et aux livres. Des choses qu’en principe, vous aimez aussi et auxquelles vous avez certainement envie d’apporter votre soutien.

Bloguer dans l’intention de promouvoir la communauté littéraire ouvre de larges possibilités d’articles comme des :

  • chroniques de livres ;
  • interviews d’autres personnes de la communauté (en général, des auteurs) ;
  • articles de type « lecture en cours » et autres listes sur votre consommation des médias : séries ou films que vous avez vus ou que vous prévoyez de regarder, musique que vous écoutez, objets que vous collectionnez, etc.

Avantages : écrivez d’excellents articles et vous vous construirez un excellent réseau de contacts. Tous les auteurs adorent obtenir de l’attention sur leur travail.

Là où c’est difficile : il y a déjà beaucoup d’activité dans la communauté littéraire, sous diverses formes. Avoir un large lectorat va demander un angle original mais c’est de toute façon le cas pour n’importe quel blog.

Facile-medium : le modèle « guide pratique »

C’est mon modèle. Beaucoup d’auteurs expérimentés sont une source considérable de conseils et de connaissances pour les autres. Et l’audience d’auteurs aspirants et d’auteurs déjà bien établis est très importante.

Inconvénient : réseauter avec d’autres auteurs ne va pas nécessairement faire grossir votre lectorat et peut vous enfermer un peu dans l’entre-soi.

Avantages : si vous enseignez l’écriture ou mentorez d’autres auteurs, vous avez probablement déjà du contenu que vous pouvez adapter pour vos premiers articles. Au début, vous ne manquerez pas d’idées et vos premiers lecteurs partageront vos conseils plein de sagesse sur les réseaux sociaux et vous aideront à poser les bases de votre trafic.

Là où c’est difficile : risque d’essoufflement. Après quelques années, il est compliqué de rester frais et intéressant. Vos lecteurs font eux aussi leur bout de chemin et peuvent finir par délaisser votre blog.

Medium : le modèle « dans les coulisses »

Vous écrivez sur vos recherches, les gens, l’actualité ou des événements qui jouent un rôle dans la construction de vos livres ou autres travaux. Vous pouvez aussi mettre en place des événements pour capter l’attention du lecteur en lui demandant de nommer les personnages de votre roman, de choisir la meilleure couverture, etc. En général, les lecteurs adorent connaître ce qui vous inspire et être impliqués dans votre travail.

Avantages : pour la plupart des auteurs, c’est tout à fait naturel de discuter de ce qui influence leur travail. Vous trouverez et attirerez sans problème de nouveaux fans.

Là où c’est difficile : vous pouvez vite vous retrouver à court d’idées ou ne pas pouvoir poster fréquemment. Ou vous pouvez ne pas aimer l’idée d’impliquer vos lecteurs dans votre travail.

Difficile : le modèle « essai » ou « vie quotidienne »

Certains auteurs écrivent de courts articles (qui peuvent devenir des essais) pour commenter leur quotidien ou réfléchir à leur vie personnelle. Ça implique parfois de poster régulièrement des photos ou des vidéos.

Avantages : ça peut être une bonne activité créative surtout si vous avez l’intention d’établir un programme pour vos publications. Vos fans apprécieront cette entrée dans votre intimité (mais certains auteurs préfèrent garder une part de mystère).

La où c’est difficile : tout le monde n’est pas capable (ou n’a pas envie) d’écrire de façon divertissante sur sa vie. Pour les auteurs encore peu connus, ce sera dur (voire impossible) d’intéresser d’autres personnes avec les détails de votre vie privée sauf si vous êtes un auteur exceptionnel.

Ce n’est pas une liste exhaustive de sujets sur lesquels bloguer mais ça vous donne une idée des options les plus populaires.

2 Comments

  • Blablasaurhum Posted 30 janvier 2020 15 h 12 min

    Bonjour Coralie,
    Très intéressant, cet article ! Bon, on dirait que je me suis aventurée dans le modèle difficile, même si je compte choisir des sujets plus personnels qu’intimes (oui, oui, y’a une nuance ^^).

    • Coralie RAPHAEL Posted 1 février 2020 4 h 03 min

      Merci d’être venue faire un tour par ici, Emma ! Je ne m’inquiète pas pour toi, tu auras toujours de super blablas à nous raconter !

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d blogueurs aiment cette page :