Construire un site d’auteur : guide pour bien débuter

Je recommande vivement à tous les auteurs de créer et tenir à jour un site dans le cadre de leurs efforts marketing à long terme et du développement de leur plateforme. Mais c’est un projet intimidant parce que peu d’auteurs ont déjà eu l’occasion de créer, gérer ou superviser des sites web. Par où commencer, déjà ?

Avec ce guide, j’espère répondre aux questions les plus souvent posées et rendre le processus accessible.

Commencez par choisir les outils avec lesquels construire votre site et les services dont vous allez vous servir (gratuits ou payants)

Quand vous choisissez vos outils, prenez en compte ces trois éléments.

  1. Le coût. Les auteurs qui n’ont encore rien publié ou ceux qui gagnent peu d’argent devraient peut-être commencer avec ce qui est gratuit.
  2. La prise en main. Les personnes peu à l’aise en informatique ont tendance à apprécier les plateformes simples et intuitives pour mettre en place un site et son design. Malheureusement, ces plateformes ont souvent des inconvénients et finissent par vous coûter de l’argent et vous agacer.
  3. Portabilité et longévité. Toutes les plateformes ne résisteront pas à l’épreuve du temps et c’est particulièrement vrai pour les systèmes propriétaires. (Vous vous souvenez de Geocities ?) Les plateformes open-source sont souvent plus avantageuses sur le long terme, car vous n’êtes pas coincé avec un seul fournisseur de services ou hébergeur. Mais elles peuvent être plus difficiles à prendre en main.
Mes petites recommandations
  • Si vous souhaitez partir sur une base gratuite qui résiste à l’épreuve du temps, essayez WordPress.com. Cette plateforme est open-source et propulse environ 40 % des sites web dans le monde. Elle ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Si par la suite, vous avez besoin de plus de fonctionnalités, vous pourrez passer à un forfait payant ou héberger votre site. Je parle plus en détail de l’hébergement ici.
  • Si vous préférez une option plus facile à prendre en main (et que vous prêt à mettre la main au portefeuille), essayez SquareSpace. Mais attention, une fois votre site créé sur cette plateforme, il est difficile de migrer ; SquareSpace est un système propriétaire.
  • Ghost est une autre plateforme open-source qui peut être plus simple à utiliser. Il vous faudra payer un abonnement mensuel à moins que vous ne soyez suffisamment à l’aise en informatique pour configurer votre site sur votre hébergement/serveur.
  • Je ne suis pas une grande fan de Weebly ou de Wix parce que ce sont des systèmes propriétaires et que vous finissez par devoir payer pour obtenir toutes les fonctionnalités du site. Si vous tenez à payer pour un système propriétaire alors je vous conseillé plutôt SquareSpace. À mon avis, cette plateforme durera plus longtemps que les deux autres.

Je ne cache pas ma préférence pour WordPress. Je l’utilise depuis 2012 et ces 9 années d’expérience font que je suis très à l’aise dans son utilisation. Mais je ne code pas. Je n’ai jamais appris à coder. J’ai seulement quelques bases en HTML et CSS, apprises sur OpenClassroom quand ça s’appelait encore Le site du zéro.

Je sais que tous les auteurs n’ont pas cette aisance avec WordPress. Mais je reste convaincue qu’il s’agit d’une option rentable qui, au fil du temps, deviendra un atout pour votre présence en ligne si vous êtes prêt à vous y investir.

Achetez votre nom de domaine

Le nom de domaine est l’URL où se trouve votre site. Il devrait être basé sur le nom avec lequel vous publiez votre travail, pas le titre de votre livre. Votre nom d’auteur, c’est votre marque qui prendra de l’ampleur année après année et à chaque livre que vous publierez. Si vous ne pouvez pas avoir votrenom.com, essayez votrenomauteur.com, votrenomlivres.com ou votrenomecrivain.com. Si tout est indisponible, voyez si vous pouvez vous rabattre sur une autre extension comme .fr, .net ou .me.

Cherchez et choisissez avec soin un thème

Que vous utilisiez WordPress ou une autre plateforme, une des clés pour rendre l’expérience agréable, c’est le choix du thème. Il dicte l’esthétique : les couleurs, la mise en page, les polices, les styles, etc. Certains thèmes (et particulièrement les thèmes WordPress) peuvent être personnalisés de façon incroyable. Ils ont de nombreuses fonctionnalités quand d’autres, plus simples, offrent peu de possibilités. Voilà pourquoi votre choix est important : il affecte tout le design de votre site mais aussi sa personnalisation et son utilisation et ce, sans avoir à coder.

Les facteurs importants dans le choix d’un thème WordPress

Un thème WordPress peut être créé par n’importe qui et être mis en ligne en ayant été très peu testé. Vérifiez toujours les évaluations et avis de chaque thème sur WordPress, et s’il a été développé ou mis à jour récemment. Vous pouvez également voir combien de personnes l’ont téléchargé (il vaut mieux opter pour un thème populaire). Plus le thème est utilisé, plus il y a de chances que les éventuels bugs soient résolus. Vous aurez également peu de chances de rencontrer des problèmes avec les extensions que vous choisirez d’installer. Si le thème a un forum de support actif, c’est l’idéal pour pouvoir poser vos questions en cas de souci. Les thèmes très récents sont, en général, à éviter si vous débutez sauf dans le cas d’un thème d’un développeur connu pour d’autres thèmes fiables.

Pour les utilisateurs de WordPress.com, vous serez limité dans votre choix de thème. Mais vous aurez accès à des thèmes fiables et éprouvés, gratuits ou payants.

Si vous hébergez votre site WordPress, vous pouvez choisir n’importe quel thème que vous trouverez dans l’univers de WordPress. Ça peut parfois faire peur. Je vous recommande de regarder plein de sites d’auteurs et quand vous en trouvez un qui vous plaît, cherchez le nom du thème qu’ils utilisent. Vous pouvez le trouver dans le code source. (Dans Chrome, faites un clic droit et cliquez sur Afficher le code source de la page.) Cherchez une URL qui indique le nom du thème. Par exemple, voici un aperçu du code source de la page d’accueil du site de Virginie Grimaldi :

On apprend ici que le thème WordPress utilisé est Twenty Sixteen.

Rassemblez les éléments suivants

  • Votre biographie professionnelle. Si vous n’en avez pas déjà une, écrivez-en une de 100 à 300 mots à la troisième personnes qui pourrait être utilisée pour vous présenter pour une séance de dédicace, une participation à un salon où tout autre événement. Optionnel mais fortement recommandé : une biographie à la première personne, plus détaillée.
  • Les couvertures de vos livres. Ayez une image avec la meilleure résolution possible pour chaque livre que vous publiez. Vous utiliserez des images de taille moyenne sur la plus grande partie de votre site (pour assurer un chargement rapide des pages), mais il est utile d’avoir une version de grande taille et en haute résolution à proposer en téléchargement ou pour un dossier de presse.
  • Une brève description pour chaque livre. Il y a certainement une courte description sur la page Amazon de votre livre avec laquelle vous pouvez commencez. Sinon, écrivez-en une de 25 à 100 mots.
  • Une longue description pour chaque livre. Ça peut être celle de la quatrième de couverture. Elle fait probablement autour de 200 à 300 mots. Sinon, prenez la description en entier sur Amazon.
  • Des liens vers les principaux sites marchands où on peut acheter votre livre. Au minimum, mettez un lien vers Amazon, La Fnac et Cultura. Pensez à Apple, Google Play et Kobo également. Ayez les liens pour les versions brochées, reliées, les ebooks, audiobooks et les éditions en langues étrangères si ça vous concerne.
  • Les informations pour contacter votre agent littéraire, si vous en avez un. Ou de la personne qui s’occupe de votre communication.
  • Des liens vers vos profils sur les réseaux sociaux. Si vous avez une page Auteur sur Facebook ou des comptes Twitter, Instagram, Pinterest, Goodreads, Babelio, etc., rassemblez tous les liens. N’y mettez pas des comptes où vous ne souhaitez pas être ami/suivi avec ou par n’importe qui.
  • Vos meilleures chroniques. Rassemblez tous les éloges qu’ont fait les blogueurs ou média au sujet de votre livre.

Créez les pages d’information essentielles

On parlera ensuite de la page d’accueil mais les pages suivantes sont également nécessaires :

  • Une page Auteur. Écrivez-y votre biographie et insérez une photo professionnelle si vous en avez une. Si vous n’en avez pas, une photo ordinaire fera l’affaire. Votre page auteur peut avoir plusieurs sections si vous le souhaitez (c’est le cas de la mienne).
  • Une page pour chacun de vos livres. Affichez toujours la couverture du livre mais n’optez pas pour une grande taille (moins de 500 pixels de large, par exemple). Si vous le souhaitez, vous pouvez proposer la couverture de votre livre en grande taille en téléchargement ou dans un dossier de presse. Ajoutez une courte description de votre livre, un argumentaire, des citations ou éloges qui montrent la qualité de votre travail, des boutons d’achat qui mènent vers les principaux sites marchands. Si vous voulez, vous pouvez également ajouter une longue description et/ou un lien vers un extrait (du premier chapitre, en général) de votre livre.
  • Une page pour chacune de vos saga (le cas échéant). Faites en sorte que vos lecteurs puissent trouver facilement dans quel ordre sont sortis les livres de la saga. Un ordre chronologique (par date de sortie) est ce qu’il y a de mieux, en général.
  • Un formulaire de contact. À moins que vous ne soyez une célébrité et que vous ne courrez pas après de nouvelles opportunités, faites en sorte qu’on puisse vous contacter facilement. Je recommande un formulaire de contact. Si vous travaillez avec un agent littéraire, ajoutez ses coordonnées également. (Ou les coordonnées de la personne qui s’occupe de votre communication.)

Créez votre page d’accueil

Ce qui apparaîtra sur votre page d’accueil va fortement dépendre (du moins dans un premier temps) du thème que vous aurez choisi. Un design de page d’accueil tout simple comprend les éléments suivants :

  • Une identité claire ou un header. Tout simplement : votre nom et éventuellement une photo. Ce header apparaîtra probablement sur chaque page de votre site, en fonction de votre thème. Idéalement, tout ce qui est visuel devrait être en rapport avec le livre que vous publiez (par exemple, la couverture, les thèmes que vous abordez, votre marque si vous en avez créée une). Les auteurs multi-genres ou ceux qui ont plusieurs lectorats, sont généralement confrontés à des choix difficiles quant aux priorités et aux messages à envoyer. Votre page d’accueil sera généralement plus efficace si vous vous appliquez à attirer le lectorat que vous souhaitez voir grossir ou si vous mettez en avant le type de travail pour lequel vous souhaitez être (re)connu. D’autres livres devront peut-être passer au second plan, du moins sur la page d’accueil.
  • La couverture de votre dernier livre (ou de tous vos livres). Les visiteurs devraient voir votre dernier livre publié (ou le livre qui compte le plus pour vous) sur la page d’accueil, sans avoir à scroller ou à cliquer pour le trouver. Dans l’idéal, ils doivent même pouvoir cliquer de suite sur leur site marchand préféré pour l’acheter. La page d’accueil de Guillaume Musso affiche ses six derniers livres ; celle de Joël Dicker présente tous les siens. Ne vous attendez pas à ce que les gens scrollent jusqu’au bas d’une longue page d’accueil. Assurez-vous d’avoir une page « Livres » dans votre menu pour que les visiteurs puissent rapidement accéder à tous vos titres ou les voir en un coup d’œil sans avoir à les faire défiler.
  • Des liens vers les réseaux sociaux sur lesquels vous êtes actifs. Si vous êtes présents (et actifs donc) sur Facebook, Twitter ou ailleurs, insérez des icônes claires dans le header, le footer ou la sidebar de votre page, là où ils seront bien visibles. Vous pouvez ne mettre qu’un seul lien s’il n’y a qu’un seul endroit où vous souhaitez interagir avec les lecteurs. Évitez de mettre les réseaux sociaux sur lesquels vous n’êtes pas actif.
  • Une invitation à s’abonner à votre newsletter. Le plus important dans cette invitation, c’est la façon dont vous allez demander aux gens de s’inscrire. Évitez le basique « Abonnez-vous à ma newsletter, elle est gratuite. » Tournez plutôt votre texte de façon à ce qu’aucun autre auteur ne puisse dire la même chose. Rendez votre newsletter unique, fidèle à votre image et au contenu que vous proposez.
  • Une preuve sociale. Ça peut tout simplement être une courte citation d’une brillante critique de votre livre. Ou imaginons que François Busnel a parlé de votre livre dans La Grande Librairie, alors dites-le. Certains affichent « auteur de best-sellers » (encore faut-il que ce soit vrai).

Le design d’une page d’accueil est quelque chose de très subjectif. Le plus important, c’est que le type d’auteur que vous êtes – et le genre de livres que vous écrivez – soit facilement reconnaissable. Les visiteurs n’ont pas à deviner qui vous êtes ; vous avez environ 3 à 7 secondes pour leur transmettre un message avant qu’ils ne partent. Alors ne soyez pas trop compliqué ou trop mièvre dans votre façon de vous présenter.

Faites en sorte que le menu et la navigation soient parfaitement clairs. Ça veut dire avoir un chemin dégagé pour que les gens puissent trouver plus d’informations sur qui vous êtes (page Auteur), comment vous contacter (page Contact) et quels livres vous avez écrits (page Livres).

Si vous bloguez

Parmi les auteurs qui bloguent, certains vont mettre leur blog en avant sur leur page d’accueil (ou le blog sera la page d’accueil par défaut !). Ça peut être une erreur si votre blog n’est pas régulièrement mis à jour, populaire et attrayant. Sur la plupart des sites d’auteurs que j’ai visités, il vaudrait mieux avoir des liens vers les derniers articles du blog sur la page d’accueil et se servir de cette dernière pour mettre vos livres en avant.

Si vous décidez que votre blog doit occuper la majeure partie de votre page d’accueil, je vous recommande de ne pas afficher l’intégralité de chaque article. Proposez plutôt une image et un extrait qui vont inciter les gens à cliquer pour lire la suite. Ainsi vous aurez plus de place pour afficher plusieurs articles récents (sans avoir besoin de scroller indéfiniment). Au besoin, changez les paramètres de votre page d’accueil sur WordPress (pour éviter d’avoir une page de blog par défaut) : allez dans apparence > personnaliser > réglages de la page d’accueil.

Personnalisez votre site

Vous n’avez peut-être pas les moyens de le faire dans l’immédiat mais vous offrir les services d’un professionnel serait utile pour la création d’une bannière ou d’un design personnalisé qui collerait avec votre personnalité et vos livres. Lisez cet article pour en savoir plus.

Améliorez votre site au fil du temps

Presque tous les systèmes de création de sites web vous permettent de modifier aisément votre site lorsque vous avez de nouvelles idées ou façons de communiquer sur ce que vous faites. Ne vous attendez pas à ce qu’il soit parfait du premier coup ; pensez plutôt à l’améliorer petit à petit, en passant du temps dessus. En visitant d’autres sites d’auteurs, vous relèverez des détails que vous n’aviez jamais remarqués avant ; vous aurez peut-être envie d’utiliser leurs astuces sur votre site.

C’est tellement important que j’insiste : améliorez votre site progressivement. Un site web n’est jamais terminé. C’est toujours un travail en cours. Vous allez l’améliorer, le peaufiner, l’expérimenter et, je l’espère, être fier de la façon dont vous y présentez votre travail.

Si vous n’avez encore rien publié

Les mêmes principes s’appliquent, sauf qu’il y aura moins de choses sur votre site que ce que je présente ici. Au lieu de pages dédiées aux livres que vous avez publiés, vous pourriez avoir une page consacrée aux projets en cours, ou vous pourriez énumérer des ouvrages plus courts publiés en ligne ou dans un magazine. Il est préférable de construire votre site quand vous n’avez encore rien publié, afin d’être propriétaire de votre domaine dès le début, d’apprendre à utiliser vos outils et de commencer à exprimer qui vous êtes dans un environnement numérique.

Plus de conseils pour les sites d’auteurs qui n’ont encore rien publié.

Autres considérations

  • Si vous souhaitez ajouter une boutique à votre site, vous ne pourrez pas rester sur un modèle gratuit. Si vous avez l’intention d’accepter des paiements sur votre site (on parle de fonctionnalités d’e-commerce), alors il va falloir envisager de passer à un forfait payant de WordPress.com ou à héberger votre site. (Les sites SquareSpace ont des fonctionnalités d’e-commerce intégrées.) WooCommerce est une extension WordPress qui vous facilitera l’e-commerce sur votre site. N’oubliez pas que si vous acceptez des paiements, votre site doit être sécurisé. Voyez avec votre hébergeur comment faire.
  • Un hébergement bon marché peut faire l’affaire pour des sites qui ont un faible trafic mais il peut y avoir des pannes fréquentes et une absence de soutien technique. Avec un hébergement pas cher, vous pourriez être mécontent de l’uptime de votre site et du manque d’assistance. Le coût d’un hébergement managé (où l’accent est mis sur le service et le support technique pour les propriétaires de site peu à l’aise en informatique) peut valoir la peine si vous souhaitez avoir l’esprit tranquille. WPEngine est un bon exemple d’hébergement managé pour WordPress.
  • Pour les utilisateurs de WordPress : n’utilisez que les extensions dont vous avez vraiment besoin. Les extensions sont des fonctionnalités que vous ajoutez à votre site. Elles peuvent être très simples comme un widget qui affiche les articles de votre blog les plus populaires, ou plus complexes, comme un forum ou comme WooCommerce et sa fonctionnalité d’e-commerce. Peu importe la fonctionnalité que vous cherchez pour votre site, vous pouvez être sûr qu’il existe une extension pour ça. Vous en trouverez même plusieurs et c’est là que ça peut poser problème. C’est à vous de voir laquelle conviendra le mieux à votre site (apparence, fonctionnement). Une extension peut fonctionner (ou pas) avec votre thème ou peut empêcher le bon fonctionnement de vos autres extensions. On sait rarement à l’avance ce que ça va donner. C’est pour ça qu’il faut bien prendre le temps de chercher ses extensions comme pour le thème. Surtout si vous débutez dans la construction de sites, choisissez des extensions populaires, régulièrement mises à jour et qui, de préférence, proposent un support technique.
  • Si vous hébergez votre site, installez Google Analytics et servez-vous de la Google Search Console. Google Analytics observe et analyse le trafic de votre site. C’est un outil gratuit qui ne nécessite qu’un compte Google. C’est mieux de l’installer dès le début même si vous n’en voyez pas de suite la nécessité ; Google Analytics n’est pas rétroactif, il suit votre trafic à partir du jour où vous l’installez. Beaucoup d’auteurs, après une ou deux années d’activité sont intéressés par les données de Google Analytics et savent quoi en faire. L’autre chose à laquelle on pense moins mais qui est tout aussi intéressante, c’est d’associer votre nom de domaine à la Google Search Console. Vous pouvez connecter la Google Search Console et Google Analytics pour obtenir des rapports plus complets. La Google Search Console est complexe et peut-être que vous ne comprendrez pas toutes les informations mais elle offre des fonctionnalités dont vous aurez besoin sur le long terme. Sur le court terme, servez-vous en pour recevoir des alertes quand Google rencontre des problèmes d’indexation ou d’accessibilité sur votre site.
  • Si vous rencontrez des obstacles ou des problèmes, commencez par chercher la solution sur Google. C’est ma meilleure astuce secrète en matière de développement web. Je résous 90% de mes problèmes ou frustrations numériques ainsi, en cherchant des codes d’erreurs, des messages d’erreurs ou avec de simples descriptions sur le problème rencontré en y associant le mot-clé « WordPress ». La plupart du temps, j’arrive à trouver quelqu’un qui a eu le même problème et qui l’a résolu. Si ça ne marche pas, je fais appel à à la communauté d’assistance du développeur de mon thème WordPress.
Image par défaut
Coralie Raphael
Je parle beaucoup d'auto-édition et essaie d'aider les auteurs à comprendre dans quoi ils mettent les pieds. Parfois j'écris aussi des livres. En savoir plus.
Publications: 171

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :