Autoédition : comment autopublier votre livre

Il s’agit d’un guide d’introduction à l’autoédition et au choix des services ou de l’approche appropriés en fonction de vos besoins et de votre budget.


  1. Une brève histoire de l’autoédition
  2. Les moyens les plus courants de s’autopublier aujourd’hui
  3. Autoédition : l’approche DIY que je recommande
  4. Comment les services d’autoédition d’ebooks fonctionnent-ils ?
  5. Créer des fichiers d’ebook
  6. Comment autopublier un livre imprimé
  7. Investir dans un tirage : oui ou non ?
  8. Recommandations pour l’impression à la demande
  9. Maximiser vos ventes
  10. Lectures complémentaires

1. Une brève histoire de l’autoédition

Pendant la majeure partie de l’histoire de l’édition, si un auteur voulait s’autopublier, il devait passer par l’édition à compte d’auteur ou s’établir en tant que petit éditeur indépendant.

Tout a changé à la fin des années 1990, avec l’arrivée de l’impression à la demande, qui permet d’imprimer les livres un par un. En conséquence, de nombreux services d’édition basés sur l’impression à la demande ont vu le jour, offrant aux auteurs des formules d’autoédition à bas prix. C’est peu coûteux, car sans tirage, sans stock et sans entreposage, la seule dépense restante était la création et la conception du produit lui-même : le livre.

Ce qui a changé : le passage à la vente en ligne et aux ebooks (à savoir, la montée en puissance d’Amazon)

Tout comme l’édition traditionnelle s’est transformée avec l’essor des ebooks, le marché actuel de l’autoédition s’est également transformé. La plupart des auteurs indépendants tirent l’essentiel de leurs revenus des ventes d’ebooks. La majorité des ventes d’ebooks en France se font par l’intermédiaire d’un seul site marchand : Amazon. N’importe qui peut mettre son livre en versions numérique et physique en vente sur le marché le plus important (Amazon) sans payer un centime au départ.

Ça signifie que les maisons d’édition à compte d’auteur (les éditions Amalthée, Anovi, Edilivre, L’Harmattan, etc.) n’ont rien à voir avec l’autoédition, même si vous les trouverez dans les résultats de recherche de Google en tapant « autoédition ». Ne vous laissez pas séduire ; comprenez d’abord vos options, expliquées ci-dessous.

2. Les moyens les plus courants de s’autopublier aujourd’hui

Il existe deux façons de s’autopublier sur le marché actuel.

  • Vous pouvez vous autopublier entièrement, en n’engageant que les professionnels dont vous avez besoin, et travailler directement avec les détaillants et les distributeurs pour vendre votre livre.
  • Ou vous autopublier avec l’aide d’une plateforme d’autoédition.

Cet article explique comment s’autopublier entièrement, en conservant le contrôle de la publication et des bénéfices à 100 %. Avant d’explorer ce processus en détail, voici une explication de l’autre choix qui s’offre à vous.

S’autopublier en passant par une plateforme d’autoédition

C’est la méthode « sortir la carte de crédit et au revoir le mal de tête ». Si vous avez plus d’argent que de temps et que vous n’avez pas envie d’être un auteur à plein temps, cette méthode peut répondre à vos besoins.

Les prix varient énormément. Les meilleurs services facturent des frais initiaux, ne prennent aucun droit sur votre travail et transmettent 100% des ventes nettes à l’auteur. Ces plateformes gagnent de l’argent en facturant aux auteurs les services fournis (rédaction, conception, marketing, etc.), et non les exemplaires vendus. Ces livres ne seront presque jamais stockés dans les librairies physiques de détail, bien que dans certains cas rares, ça puisse arriver. La plupart de ces plateformes proposent différents forfaits ou niveaux de service, tandis que d’autres offrent des devis personnalisés en fonction des besoins particuliers de votre projet.

L’avantage est que vous obtenez un livre publié sans avoir à connaître les détails de l’industrie de l’édition ou à trouver des professionnels indépendants en qui vous pouvez avoir confiance. Les meilleurs services (et les plus onéreux) offrent une expérience de qualité comparable à la collaboration avec un éditeur traditionnel. Encore une fois, évitez les maisons d’édition à compte d’auteur qui profitent de l’inexpérience des auteurs et font payer des sommes exorbitantes pour publier un livre.

Parmi les exemples de plateformes d’autoédition, citons Bookelis, BooksOnDemand, Librinova, et Publishroom Factory. Pour vérifier la réputation d’un service, n’hésitez pas à demander l’avis des auteurs déjà passés par ces plateformes.

3. Autoédition : l’approche DIY que je recommande

Aujourd’hui, tout le monde peut avoir accès au même niveau de distribution en ligne qu’un éditeur traditionnel, pour les livres imprimés et les ebooks, grâce à des services comme Amazon KDP et IngramSpark. Je vais expliquer comment et quand utiliser ces services tout au long de cet article.

Vous ne « payez » ces services que lorsque vos livres se vendent. Chaque fois qu’un exemplaire de votre livre est vendu, le détaillant prend sa part du gâteau, et si vous faites appel à un distributeur, il fera de même.

Vous gérez le processus d’édition et engagez les personnes ou payez les services adéquats pour éditer, concevoir, publier et distribuer votre livre. À chaque étape du processus, vous décidez avec qui vous souhaitez travailler. Vous avez un contrôle total sur toutes les décisions artistiques et commerciales ; vous conservez tous les bénéfices et les droits.

L’autoédition signifie que vous devez prendre des décisions concernant la qualité rédactionnelle, la conception et la production de votre livre. Je propose ici une liste de contrôle pour le processus de publication d’un livre.

Ce qui suit est une explication sur la manière de s’autopublier une fois que vous avez un manuscrit achevé et soigné et/ou des fichiers prêts à être imprimés.

Certaines plateformes proposent des services payants liés à l’édition, à la conception et au marketing. Ces services groupés peuvent convenir à vos besoins. Mais je pense qu’il est préférable d’engager des professionnels indépendants et de toujours savoir avec qui vous travaillez. Vous pouvez également jeter un coup d’œil aux Book Design Templates de Joel Friedlander. Ils permettent aux débutants de préparer des fichiers de livres numériques et physiques prêts à être distribués et vendus.

4. Comment les services d’autoédition d’ebooks fonctionnent-ils ?

La première chose à comprendre au sujet des détaillants et distributeurs d’ebooks est qu’ils ne sont pas des éditeurs. Ça signifie qu’ils ne prennent aucune responsabilité quant à la qualité de votre travail. Ils ne prennent pas non plus de droits sur votre œuvre. Voici les caractéristiques des principaux services :

  • Free to play. Vous payez rarement des frais initiaux. Quand vous en payez, généralement dans le cas d’un distributeur, vous devriez gagner 100% net. Si vous ne payez pas de frais initiaux, attendez-vous à ce qu’un pourcentage de vos ventes soit conservé.
  • À volonté et non exclusif. Vous uploadez et mettez en vente votre œuvre à tout moment. Vous pouvez également la retirer à tout moment. Vous pouvez uploader de nouvelles versions ; modifier le prix, la couverture et la description. Et vous pouvez vendre votre œuvre par le biais de plusieurs services ou sur votre site.
  • Peu d’expertise technique requise. Les principaux services offrent des outils automatisés pour convertir vos fichiers, les uploader et mettre vos œuvres en vente, ainsi que des guides et des didacticiels gratuits pour vous aider à vous assurer que vos fichiers sont formatés de manière appropriée.

Encore une fois, c’est important de le souligner : en utilisant ces services, vous ne renoncez à aucun de vos droits sur l’œuvre. Si un éditeur ou un agent littéraire vous contacte après la mise en vente de votre ebook, vous êtes libre de vendre vos droits sans aucune obligation envers les plateformes que vous avez utilisés.

La plupart des services d’édition numérique entrent dans l’une de ces catégories :

  • Détaillants d’ebooks. Ils proposent de distribuer et de vendre des ebooks autoédités sur leurs sites ou leurs liseuses, puis prennent une part des ventes. Le plus important d’entre eux est Kindle Direct Publishing d’Amazon. Les détaillants d’ebooks n’offrent aucune assistance pratique pour la préparation de vos fichiers ebooks. Mais ils acceptent généralement un large éventail de formats à uploader ou d’outils de conversion.
  • Distributeurs d’ebooks. Ces services servent principalement d’intermédiaires et transmettent votre travail à de multiples détaillants. Ça permet de réduire la quantité de travail que l’auteur doit effectuer. Au lieu de traiter avec de nombreux services différents, vous ne traitez qu’avec un seul service. Parmi les distributeurs d’ebooks, vous avez Lightning Source ou Cantook.
  • Concepteurs et distributeurs de livres. Il s’agit d’outils qui vous permettent de créer et de distribuer votre ouvrage à partir d’une seule interface. Ils sont plus courants pour les livres pour enfants et les livres très illustrés, comme KDP Kids’ Book Creator ou Book Creator.

Une bonne approche pour les auteurs indépendants : vendre et distribuer directement par le biais d’Amazon KDP, puis utiliser un distributeur comme Lightning Source pour se trouver sur d’autres sites marchands. Comme aucun de ces services ne demande d’exclusivité, c’est tout à fait possible.

Une remarque sur les ISBN. Si vous décidez de vendre votre ebook uniquement sur Amazon ou Apple, alors l’ISBN n’est pas obligatoire. Mais si vous n’optez pas pour une exclusivité et que vous souhaitez élargir la distribution, vous aurez besoin d’un ISBN pour votre ebook. Certains services d’autoédition vous en fourniront un, ou vous pouvez l’obtenir vous-même. (Si vous êtes en France, vous pouvez l’acheter sur le site de l’AFNIL.)

Comment Amazon et Kobo rémunèrent

La rémunération est déterminée par le prix de l’ebook que vous fixez. Amazon a les conditions les moins favorables et vous pénalise si vous fixez un prix en dehors de la fourchette de 2,69 à 9,99 euros. Kobo vous pénalise si vous fixez un prix inférieur à 1,99 euro. Mais ses conditions sont meilleures pour les prix inférieurs à ce seuil.

DétaillantPrix de l’ebook : 0,89 euro
Amazon0,31 euro (35%)
Kobo0,40 euro (45%)
DétaillantPrix de l’ebook : 1,99 euro
Amazon0,70 euro (35%)
Kobo1,39 euro (70%)
DétaillantPrix de l’ebook : 2,69 euros
Amazon1,88 euro (70%)
Kobo1,88 euro (70%)
DétaillantPrix de l’ebook : 9,99 euros
Amazon6,99 euros (70%)
Kobo6,99 euros (70%)
DétaillantPrix de l’ebook : 12,99 euros
Amazon4,55 euros (35%)
Kobo9,09 euros (70%)

5. Créer des fichiers d’ebook

La plupart des grands détaillants et distributeurs d’ebooks acceptent les documents Word et les convertissent automatiquement au format ebook. Mais vous devez tout de même passer par quelques modifications pour obtenir les meilleurs résultats. Tous les principaux services offrent des directives étape par étape pour le formatage des documents Word avant de les uploader pour la conversion. Voici plus d’informations pour passer d’un document Word à un ebook.

Principaux formats d’ebook dont vous entendrez parler :

  • EPUB. Ce format est considéré comme une norme mondiale pour les ebooks et fonctionne sans problème sur la plupart des appareils. Vous pouvez l’utiliser sur Amazon et sur à peu près n’importe quelle autre plateforme.
  • MOBI. Anciennement le format standard pour Kindle. Ce n’est plus la peine de le préparer.
  • PDF. Les PDF peuvent être difficiles à convertir en formats d’ebook standard. Il ne s’agit pas d’un point de départ recommandé pour la conversion d’ebooks.

Il y a une différence entre formater et convertir les fichiers de votre livre. Convertir, c’est passer d’un format de fichier à un autre, sans le modifier ni le styliser. En général, c’est facile de convertir des fichiers. Mais le résultat peut avoir un aspect non professionnel, voire illisible, si le fichier n’est pas formaté de manière appropriée.

Parmi les outils utiles pour le formatage et la conversion des ebooks, citons les suivants :

  • Calibre : logiciel gratuit qui convertit et vous aide à formater des fichiers ebook à partir de plus d’une douzaine de formats différents.
  • Vellum : logiciel de formatage d’ebooks pour les utilisateurs de Mac.
  • J’ai listé d’autres outils ici.

Si vous vous sentez dépassé à l’idée de convertir et de formater vous-même vos fichiers d’ebook, vous pouvez faire appel à un distributeur. Si votre ebook nécessite une mise en page particulière, comporte beaucoup d’illustrations ou d’éléments multimédias, vous devriez probablement faire appel à un maquettiste ou un éditeur indépendant pour vous aider (comme Mariane Borie, par exemple).

Mais si votre livre est principalement constitué de texte (comme les romans et autres ouvrages narratifs), vous devriez être en mesure de gérer la conversion et le formatage sans trop de difficultés à partir d’un document Word.

Créer une couverture d’ebook

Il y a un certain nombre de considérations particulières à prendre en compte pour la création d’une couverture d’ebook. Les gens peuvent voir votre couverture en noir et blanc, en niveaux de gris, en couleur, en haute ou basse résolution, en miniature ou en taille réelle. Elle doit être lisible dans toutes les tailles et avoir une bonne apparence sur les appareils de faible qualité ou mobiles. Pour ces raisons (et bien d’autres), il est préférable d’engager un professionnel pour créer votre couverture d’ebook. Je recommande souvent le travail de Towani.

Les ebooks ne marchent pas très bien dans certaines catégories

Même si les ebooks sont le format le plus vendu pour les auteurs indépendants (en particulier pour les ouvrages de fiction), posez-vous ces questions avant de vous lancer :

  • Votre livre est-il très illustré ? Doit-il être en couleur ? Si c’est le cas, vous constaterez peut-être que la création et la distribution de votre ebook sur plusieurs plateformes ne se feront pas sans difficulté.
  • Votre livre est-il destiné aux enfants ? L’adoption des ebooks sur le marché jeunesse n’est pas encore chose faite, contrairement au marché des adultes. Les ouvrages publiés uniquement en version numérique auront du mal à s’imposer.

6. Comment autopublier un livre imprimé

Il existe deux manières principales de publier et de mettre en vente une édition imprimée :

  • Impression à la demande
  • Impression offset traditionnelle

La technologie d’impression à la demande permet d’imprimer un livre à la fois. C’est de loin la méthode la plus populaire pour produire des exemplaires papier en autoédition, car elle réduit le risque financier.

Avantages de l’impression à la demande

  • Peu ou pas de frais initiaux, à part la production de fichiers prêts à être imprimés.
  • Votre livre peut être mis en vente dans tous les sites marchands habituels (Amazon, Fnac.com, etc.).

Inconvénients de l’impression à la demande

  • Le coût unitaire est beaucoup plus élevé, ce qui peut conduire à un prix de détail plus élevé.
  • Il se peut que vous ne disposiez que de très peu d’exemplaires ou qu’il soit coûteux d’en commander des supplémentaires.

Avantages de l’impression offset

  • Coût unitaire plus faible.
  • Production de qualité supérieure, notamment pour les livres en couleurs.
  • Vous disposez d’un grand nombre d’exemplaires imprimés.

Inconvénients de l’impression offset

  • Un investissement initial considérable ; 2 000 euros est le minimum probable, ce qui inclut les frais d’impression et d’expédition.
  • Risque accru : que se passe-t-il si les livres ne se vendent pas ou si vous voulez sortir une nouvelle édition avant que l’ancienne ne soit épuisée ?
  • Vous disposez d’un grand nombre d’exemplaires à stocker et à traiter, à moins que vous ne fassiez appel à un tiers pour s’en charger, ce qui entraînera des coûts supplémentaires.

S’il est assez simple et peu coûteux d’obtenir un livre imprimé via des services d’impression à la demande, c’est pratiquement impossible que votre livre soit commandé et stocké dans les librairies. Les plateformes d’autoédition annoncent distribuer votre livre aux libraires ou le mettre à leur disposition. Mais c’est très différent de vendre votre livre dans les librairies. Les librairies n’acceptent ou ne stockent presque jamais les titres d’une plateforme d’autoédition ou d’une entreprise d’impression à la demande bien qu’elles puissent passer des commandes pour les clients qui en font la demande, à condition que le livre apparaisse dans leur système.

Pensez également au paradoxe suivant : les services ou la technologie d’impression à la demande sont utilisés pour les livres qui ne sont imprimés qu’en cas de demande. Votre livre ne sera pas distribué à l’échelle nationale et ne restera pas sur les étagères des librairies tant qu’une commande n’aura pas été passée.

Ici, je discute plus en détail de la signification et de l’intérêt de la distribution du livre papier.

7. Investir dans un tirage : oui ou non ?

Les 3 facteurs clés sont :

  1. Comment et où comptez-vous vendre le livre ? Si vous avez l’occasion de vendre vos livres lors de salons littéraires ou séances de dédicaces, c’est logique d’investir dans un tirage. Réfléchissez également à la possibilité de distribuer ou de vendre des quantités importantes à des partenaires commerciaux, de les stocker dans des librairies ou des entreprises locales/régionales, de les offrir à des lecteurs, etc. Je ne vous recommande pas d’investir dans un tirage parce que vous êtes persuadé que les librairies ou grandes surfaces spécialisées stockeront votre livre. Si une telle opportunité se présente, vous pourrez toujours investir dans un tirage après avoir obtenu une commande ou un engagement ferme.
  2. Où réalisez-vous vos ventes ? Si vos lecteurs se tournent principalement vers les sites marchands, vous pouvez répondre aux commandes de livres papier avec moins de tracas et d’investissement en passant par l’impression à la demande. Vous devrez de toute façon l’utiliser si vous voulez être distribué par Ingram ou un autre service de distribution. (Plus d’informations plus bas.)
  3. Quel est votre budget ? Tout le monde n’a pas les moyens financiers d’investir dans un tirage.

Vous devez également prévoir votre capacité à gérer l’entreposage, les commandes et l’expédition d’un millier de livres, à moins qu’un tiers ne s’en charge pour vous, ce qui réduira votre bénéfice. Quand le camion arrivera chez vous avec plusieurs palettes de cartons de 15 kg, le retour à la réalité sera compliqué si vous n’avez pas réfléchi à votre décision.

8. Recommandations pour l’impression à la demande

Si vous choisissez l’impression à la demande pour votre livre, je vous recommande ce qui suit :

  • Passez par Amazon KDP pour vos livres imprimés à la demande afin de soutenir vos ventes sur Amazon. Pour de nombreux auteurs, la majorité des ventes se fait par l’intermédiaire d’Amazon, et l’utilisation de KDP garantit le bénéfice le plus élevé possible sur ces ventes.
  • Passez par IngramSpark pour vos livres imprimés à la demande afin de soutenir vos ventes sur le marché en dehors d’Amazon. Ce faisant, votre livre sera répertorié et pourra être commandé auprès d’Ingram. (Amazon commande également des livres par le biais d’Ingram, vous pouvez donc utiliser Ingram pour atteindre Amazon si vous ne voulez pas utiliser Amazon KDP pour une raison quelconque, mais ça réduira votre bénéfice.)

Vous pouvez utiliser les deux services conjointement ; il n’est pas nécessaire d’être exclusif avec l’un ou l’autre. Je vous recommande d’utiliser à la fois Ingram Spark et Amazon pour vous assurer que personne ne sera dissuadé de commander ou de stocker la version papier de votre livre. Comme vous pouvez l’imaginer, certaines librairies indépendantes refusent de commander chez Amazon, qu’elles considèrent comme leur principal concurrent.

Dès que vos fichiers prêts à imprimer sont uploadés, les livres en impression à la demande peuvent généralement être commandés sur Amazon dans les 48 heures. Avec IngramSpark, il faut généralement 2 semaines pour que le livre soit disponible sur tous leurs canaux.

Pour plus de détails sur la distribution, j’ai écrit un autre article.

9. Maximiser vos ventes

Dans le cas des livres imprimés, votre succès dépend généralement de la qualité de votre travail, de votre visibilité ou de votre rayonnement auprès de votre lectorat, et de votre couverture. Avec les ebooks, les mêmes facteurs sont en jeu, plus les suivants :

  • Si vous consultez les listes des meilleures ventes d’ebooks, vous verrez que les romanciers indépendants font payer très peu pour leurs œuvres, souvent entre 99 centimes et 2,99 euros. Certains pensent que ça dévalorise l’œuvre, tandis que d’autres disent que c’est tout à fait approprié pour un ebook d’un auteur inconnu. Quel que soit votre point de vue, comprenez simplement que, si vous êtes un auteur inconnu, le prix de vos concurrents sera probablement de 2,99 euros ou moins pour encourager les lecteurs à tenter leur chance. En général, plus vous êtes connu ou digne de confiance, plus vous pouvez demander un prix élevé. Remarque : les auteurs d’ouvrages de non-fiction devraient fixer leurs prix en fonction de la concurrence et de ce que les lecteurs sont prêts à payer. Parfois, les prix sont tout aussi élevés pour les éditions numériques que pour les éditions papier dans les catégories de non-fiction.
  • Votre page Amazon est peut-être la première et la seule page qu’un lecteur consulte pour décider d’acheter votre livre. L’optimisation de cette page (la description marketing, la couverture du livre, votre biographie d’auteur, les critiques, etc.) est essentielle pour stimuler les ventes.
  • Les concours sont un élément important de la stratégie de marketing et de vente des ebooks pour les auteurs indépendants. J’en parle plus longuement ici.

10. Lectures complémentaires

Coralie Raphael
Coralie Raphael

Je parle beaucoup d'auto-édition et essaie d'aider les auteurs à comprendre dans quoi ils mettent les pieds. Parfois j'écris aussi des livres.
En savoir plus.

Publications: 257

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *